Dr Michel Nawfal : « La psychologie est une science et non de la philosophie ».

 

Lors d’une visite chez le Dr. Michel Nawfal, médecin psychothérapeute spécialisé en thérapie comportementale et cognitive (TCC), nous avons discuté de l’actualité de la psychothérapie au Liban et du rôle du spécialiste de la santé mentale. Il nous a expliqué les principaux troubles psychologiques et les types de traitements correspondants. Nous avons également discuté des obstacles auxquels sont confrontés les psychothérapeutes au Liban. Ces obstacles reviennent principalement à l’idée populaire malheureusement « non-périmée » que la psychothérapie n’est que perte de temps et futilité.

Une petite présentation pour commencer

Le docteur Nawfal est médecin de formation, enregistré à l’Ordre des Médecins du Liban ainsi que psychologue clinicien et psychothérapeute diplômé de l’université Américaine de Beyrouth. Il exerce au Liban depuis plus de dix ans. En sa qualité de psychothérapeute, il diagnostique et traite les troubles psychologiques tels que la dépression, l’anxiété, les obsessions, le trouble panique ainsi que d’autres perturbations liées à la personnalité ou résultant de problèmes relationnels, de séparations, de traumatismes aigus et chroniques. Il est en ce moment le vice-président de l’Association de Psychologie au Moyen-Orient (MEPA) et a été membre du conseil de l’Association Libanaise de psychologie (LPA) pendant 6 ans

 

Qu’est que la psychologie ?

La psychologie est aujourd’hui définie par l’Association Américaine de Psychologie (APA) comme « l’étude scientifique du comportement, des émotions et des pensées », et « la science des procédés mentaux et du comportement » comme la définit le dictionnaire Merriam-Webster. La psychologie scientifique est maintenant considérée comme la science des faits et des données observables ou expérimentales. La psychologie est une science où les conclusions ne sont liées qu’à des résultats de multiples études et non pas des opinions personnelles ou des concepts hypothétiques. Elle adopte la méthodologie scientifique : toute théorie psychologique pour être confirmée ou infirmée doit passer par le développement d’hypothèses et leur validation, sinon elle n’est qu’une opinion subjective et non valable.

Qu’est-ce qu’un psychologue clinicien ?

Selon la loi longuement attendue et sortie au Liban en Février 2017, pour être officiellement reconnu en tant que psychologue clinicien et pour pouvoir exercer, il faut être détenteur au moins d’une maîtrise en psychologie (ou un diplôme supérieur). Il faut également avoir suivi un stage supervisé en traitement psychologique, qui doit être conduit selon une méthodologie scientifique, objective et professionnelle, loin des antécédents sectaires, partisans, émotionnels, sexuels, politiques ou ethno-raciaux.

Dans quels cas consulter

Selon le Dr. Nawfal, la visite au thérapeute ne devrait pas attendre une urgence. Plusieurs motivations poussent les gens à avoir recours à une aide professionnelle. Certaines personnes consultent pour une meilleure connaissance de soi et pour une introspection personnelle, d’autres ont recours à un psychologue car ils sont bloqués par des émotions et un fonctionnement invalidant qui affectent négativement leur vie personnelle, professionnelle et même leur santé physique. Parfois, la visite peut naître de la curiosité comme elle peut se faire dans le cadre d’une consultation routinière dans le but de se rassurer, de chercher conseil de santé physique et psychologique pour bénéficier d’une vie plus stable et plus saine. L’objet de cette visite peut également être un problème psychologique spécifique qui nécessite d’aller plus loin que le diagnostic technique et professionnel. Une relation de soin et de conseil peut être nécessaire pour les personnes atteintes de troubles mentaux chroniques tels que l’angoisse, les sautes d’humeur, la toxicomanie, le manque de confiance en soi dû à des chocs affectifs ou des états dépressifs difficiles prolongés qui ont engendré des séquelles psychologiques dont l’intensité varie en fonction de la situation et des causes.

 

L’acceptation sociale du recours psychothérapique au Liban

Le Dr. Nawfal pense qu’il existe au Liban des points de vue différents par rapport au recours au soin psychologique. Ces avis sont différents dépendamment de la mentalité, de l’environnement social, des régions et de l’ouverture d’esprit de l’individu. Les idées préconçues par rapport à la psychothérapie peuvent être également la conséquence de mauvaises expériences précédentes. Aussi, le manque d’éducation contribue aux préjugés comme par exemple l’idée reçue que le soin psychique est réservé exclusivement aux personnes atteintes de maladies psychiques graves ou d’aliénation mentale. Malheureusement, il n’est pas courant de considérer que le recours psychothérapeutique puisse être une consultation naturelle liée à un désir d’une meilleure connaissance de soi. Dans certains cas, les gens ne consultent pas parce qu’ils ne croient tout simplement pas en de tels traitements qu’ils considèrent factices et philosophiques. La psychologie est une science, pas de la philosophie ! Notre société est encore sensible à ce type d’idées préconçues. Elle souffre d’un conflit réel entre science, philosophie et religion, ce qui encourage les antagonismes et contribue à sa perception négative chez certaines personnes. Notre société n’est pas encore suffisamment éduquée ni encore complètement prête à accepter le concept de troubles psychiques nécessitant des soins comme tout autre trouble. La société libanaise, sous des semblants d’ouverture, est encore fermée par rapport à ces sujets. Malheureusement, dans certains milieux, la santé mentale demeure stigmatisée et sujet tabou ce qui aggrave la condition mentale de la personne puisqu’elle n’est pas incitée à consulter. À part la souffrance mentale, cette stigmatisation engendre un désir de dissimulation et un sentiment de honte.

 

Les cas traités en clinique

Le Dr. Nawfal précise que la plupart des personnes consultent en général pour des problèmes comme l’anxiété, les fluctuations de l’humeur et la dépression. La détresse atteint également les individus qui sont dans des situations affectives difficiles, qui font face à des troubles sexuels, des séparations ou des divorces. Il est aussi indiqué de consulter un psychologue clinicien si un enfant ou un adolescent présente un manque de confiance en soi, des difficultés d’apprentissage, des troubles du comportement alimentaire, des conduites d’automutilations ou scarification. Nous recevons aussi des enfants pour des évaluations d’attention, de concentration et de capacités cognitives.

 

Quel thérapeute choisir

Il faut d’abord choisir un thérapeute qui a reçu une formation et des certificats sérieux, et qui a obtenu par conséquent l’autorisation d’exercer la profession. Le diagnostic d’un trouble psychologique nécessite un thérapeute qualifié. Il est également important d’identifier le thérapeute ayant la spécialisation appropriée, car chaque trouble psychique nécessite une approche spécifique. Par exemple, il existe des techniques thérapeutiques différentes pour les différents troubles mentaux qu’ils soient aigus ou chroniques. Tous les thérapeutes ne traitent pas tous les troubles ou problèmes et tous les cas ne sont pas traités par la même approche thérapeutique.

 

Les difficultés rencontrées par le psychothérapeute au Liban

Le psychothérapeute rencontre beaucoup de difficultés au Liban, la première étant la difficulté de trouver des formations de qualité dans ce domaine dans le pays. Il est donc souvent nécessaire de voyager à l’étranger pour se former.

Deuxièmement, ce domaine n’est pas apprécié à sa juste valeur et souffre d’un manque de reconnaissance de la part du public ; par exemple si le patient a un empêchement, il n’appelle pas toujours pour annuler sa séance contrairement aux pays occidentaux, où le thérapeute et son temps sont respectés. Si le patient est incapable de venir à sa séance, il est coutume de téléphoner pour s’excuser ainsi que de payer le tarif de la séance manquée lors de la prochaine séance. Payer le tarif d’une séance manquée est une pratique commune en Europe et en Amérique.

Troisièmement, la divulgation de secrets, de problèmes et de traumatismes psychologiques à un « étranger » est souvent considérée comme une sorte de mise à nu psychique et peut-être une faiblesse, voire une honte. La relation du patient avec son thérapeute est teintée d’hésitation, d’angoisse et d’insécurité, ce qui entrave la communication. C’est au thérapeute de démonter la méfiance du patient en légitimisant ses inquiétudes et en créant une atmosphère rassurante pour que ce dernier se sente à l’aise. Le manque de connaissance et d’informations de la population libanaise par rapport à l’importance du travail du psychothérapeute et son éthique professionnelle, rend parfois nécessaire d’établir la confiance durant les premières séances de thérapie, vu que cette confiance est un pilier de la thérapie. Il est recommandé que le thérapeute soit un total inconnu sans lien familial ou amical afin de préserver sa neutralité et son objectivité. Il doit pouvoir s’adresser au patient de manière objective et ne prendre en compte que l’intérêt de son patient sans préjugés liés à ses affiliations religieuses, sectaires ou même sexuelles.

 

Sensibilisation des gens au Liban au rôle du psychothérapeute

L’image du psychothérapeute au Liban peut être améliorée en sensibilisant le public aux troubles psychologiques ainsi qu’à leurs prises en charge en insistant sur le rôle de la psychothérapie, explique le Dr. Nawfal. Il est également important de corriger les préjugés liés au métier. La relation entre le thérapeute et son patient doit être basée sur la confiance totale, le professionnalisme et le respect. Ce n’est pas chose aisée, car notre société est habituée aux tabous quand il s’agit de problèmes émotionnels et psychologiques. Le travail thérapeutique demande de l’audace, la ferme décision de ne pas s’enfermer dans la maladie et de passer à l’état de divulgation et d’ouverture ainsi que le courage de s’ouvrir à soi-même et se confronter à ses démons.

Pour optimiser les chances d’obtenir un résultat positif et efficace, la relation entre le thérapeute et le patient doit être professionnelle et sous le signe de la confiance, du respect, de la transparence et de l’honnêteté, mais il est aussi important que le psychothérapeute suive un protocole scientifique. Les patients suivent un traitement psychologique qui repose sur la parole, ce qui exige confiance et confidentialité. Ainsi naît une alliance particulière entre le thérapeute et son patient : « la relation thérapeutique », qui est basée sur l’empathie envers des personnes qui se mettent à nu, révèlent leurs préoccupations et leurs angoisses et qui dévoilent leurs secrets. Plus la dynamique entre les deux parties est bonne, plus les résultats du traitement ont des chances d’être positifs.

 

 

Dr. Michel Nawfal MD MA

Spécialiste en Santé Mentale

Médecin Psychothérapeute

Vice-Président de l’Association de Psychologie au Moyen-Orient (MEPA)

Membre du Comité de l’Association Médicale Libanaise pour la Santé Sexuelle (LebMASH)

Membre du Comité de l’Association des Troubles Psychologiques Alimentaires au Moyen-Orient (MEEDA)

Email : michel_nawfal@nawfalclinics.com

Website : www.drmichelnawfal.com

Instagram : @michelnawfal

No Comments Yet

Comments are closed

 

Mondanité is Lebanon’s leading lifestyle and social magazine. Well-known for its broad coverage of the society hot spots; every party and every big event Lebanon is hosting.

FOLLOW US ON